Thématique 
Débouchés 
Espoir Entrepreneur 
Date
02 février 2016

Raphaël Lombard, diplômé de la promotion 2013 et titulaire du Mastère Spécialisé en Management Technologique et Innovation de notre partenaire GEM, n’a pas attendu avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale : soutenu par le dispositif Espoir Entrepreneur, il a d’abord été lauréat du concours New Deal New Ideas de la région Auvergne. Il était aussi il y a quelques semaines – et pour la 2e année consécutive, au CES de Las Vegas avec la délégation française de la French Tech. TapCards y a d’ailleurs été repérée comme l’une des 12 startups de la French Tech à surveiller de près.

En novembre 2013, l’Auvergne lançait un concours original. Son appel à projets « New Deal New Ideas » proposait à sept jeunes créateurs d’entreprise dans le numérique de toute la France, de venir s’installer dans sa région. Applications mobile, site de e-commerce, plateforme sociale ou encore logiciel de gestion CRM, les projets lauréats ont été retenus parmi plus de cent candidatures. Les lauréats ont bénéficié pendant 6 mois d’un salaire, d’un logement financé à hauteur de 500 euros par mois, d’un local d’activité adapté et d’un accompagnement personnalisé.

Raphaël Lombard (ESIEA 2013), créateur de TapCardsParmi eux, Raphaël Lombard, âgé de 26 ans, diplômé de l’ESIEA promo 2013, travaille sur une application visant à dépoussiérer la photo imprimée, qui n’a pas évolué depuis plus de 15 ans. Son idée : connecter chaque photo imprimée à un album numérique sur son smartphone. En quelques minutes, l’utilisateur crée sur l’application TapCards un album numérique (textes, photos, vidéos…) et une carte-photo connectée au design personnalisé, qu’il reçoit à domicile. Il suffit ensuite de taper la carte-photo imprimée contre son smartphone ou sa tablette pour accéder instantanément à son album (NFC).

Raphaël a bénéficié des tout débuts du dispositif Espoir Entrepreneur qui propose à des étudiants porteurs de projets une pédagogie sur mesure, combinant des enseignements spécifiques avec un emploi du temps adapté et un accompagnement par l’école, pour leur permettre de concrétiser leur projet.

Les initiatives en faveur de l’entrepreneuriat étudiant se sont multipliées depuis deux ans  : développement des lieux d’expérimentation et de créativité comme les incubateurs d’entreprises, et entrée de l’ESIEA dans plusieurs écosystèmes favorisant l’innovation et l’entrepreneuriat. Des projets de création d’entreprise, accompagnés par ce dispositif, ont ainsi été lancés au sein du SchooLab de NUMA : TapCards par exemple, la startup de Raphaël.

« Notre rôle à l’ESIEA est de détecter, de former, de donner confiance, d’accompagner nos étudiants porteurs de projets. Dans un second temps il s’étend tout naturellement au soutien dans la création de leurs propres réseaux, dans leur participation à des challenges ou des concours qui leur feront gagner des fonds, mais aussi de la visibilité. Car ce statut d’Espoir Entrepreneuriat se traduit par une aide concrète, des moyens, et une envie de valoriser ces projets », indique Valéry Farcy, responsable du dispositif.Raphaël Lombard avec Emmanuel Macron le Ministre de l'Economie au CES de Las Vegas

 

Depuis, Raphaël a fait du chemin : sa startup fait à présent partie de la French Tech et a été sélectionnée pour la 2e année consécutive pour exposer au Consumer Electronics Show (CES) à Las Vegas début janvier, la grand-messe des objets connectés, TV, 3D, audio, tablettes, smartphones. Son projet est en outre soutenu par la BPI, la bourse French Tech.

Découvrez la vidéo de présentation sur la page Facebook de TapCards.

A l’occasion du CES 2016, TapCards a également été citée comme l’une des 12 startups de la French Tech à surveiller de près. A lire ici.

Raphaël explique son projet dans la vidéo réalisée par l’Agence des Territoires d’Auvergne :