Un système d’information est un ensemble de ressources qui collecte, stocke, traite et distribue de l’information. Il est à la fois composé d’une structure technologique – matérielle, logicielle, réseaux) et d’une structure organisationnelle, puisque son but est de permettre de gérer tous les processus d’une entreprise, depuis les RH jusqu’aux métiers en passant par la communication interne, externe, la comptabilité, le marketing, etc. Le système d’information est stratégique, à tel point que la gouvernance du système d’information fait partie intégrante de la gouvernance de l’organisation.

Le système d’information : quatre grands défis

Le système d’information concerne tous les types d’organisations, qu’elles soient publiques ou privées. Il se trouve donc face à quatre grands défis à résoudre :

  • Des enjeux vitaux pour l’entreprise. Le système d’information est similaire au cockpit d’un Boeing 767. Il permet aux décideurs d’une entreprise de ne pas naviguer à vue et de savoir exactement, souvent en temps réel, où l’entreprise en est du point de vue des ventes, des clients, des avoirs, des charges, des ressources techniques, humaines ou financières. Il n’existe pas de système d’information standard : celui-ci est à construire d’après les besoins et les processus spécifiques à l’organisation.
  • La transversalité au cœur du système d’information. La mise en place d’un système d’information exige une connaissance approfondie de l’organisation : il s’agit de concevoir quelle information circule où, comment, pour quoi, pour qui, sous quelle forme, selon quelles modalités. Dans l’entreprise, tout le monde n’a pas accès à tout, mais en cas de besoin d’indicateur, les chiffres donnés doivent être les mêmes pour tous : le système d’information est un référentiel commun et donc transversal.
  • La génération d’un gain de productivité. Un système d’information génère un gain de productivité mesurable dans une organisation, à condition que son usage entraîne de nouvelles manières de travailler et un processus d’amélioration continue. On voit donc que le système d’information n’est pas seulement une machine, mais reste aussi totalement lié à l’organisation des activités de l’entreprise. En soi, un bon système d’information est donc également parfaitement évolutif, puisqu’il suit l’organisation des processus de l’entreprise qui évolue dans le temps.
  • L’ingénierie des connaissances. Aujourd’hui, les datas sont tellement nombreuses que le système d’information est souvent lié à l’ingénierie des connaissances, notamment concernant la gestion de contenus permettant de transformer des chiffres bruts en indicateurs qui ont du sens et qui sont lisibles.

 

Le système d’information : un lien profond avec les processus d’entreprise en 2016

Le système d’information est un peu la traduction technique des processus internes à une organisation. Constitué de briques qui représentent souvent une tâche spécifique, il relie chacune de ces briques pour créer un système cohérent renforçant la lisibilité de l’organisme et facilitant sa gouvernance, et donc la mise en place de stratégies de développement ou de marketing, mais aussi engendrant des gains en coûts de gestion et de fonctionnement. L’urbanisation du système d’information, c’est-à-dire la cartographie de la manière dont les briques sont reliées entre elles, permet de mener l’alignement du système d’information sur la stratégie de l’entreprise tout en permettant à ce que chacun dispose des mêmes chiffres au même moment. De la relation client à la chaîne logistique, de la gestion des ressources humaines à la gestion des données techniques, jusqu’à la gestion du cycle de vie produit, le système d’information est devenu depuis quelques années le véritable nerf de la guerre des entreprises, pouvant faire la différence entre celles qui en possèdent un performant et celles qui n’ont pas la même visibilité sur leur marché ni leur activité.

 

Programme : 6 modules ESIEA pour devenir un expert reconnu en SI

Les objectifs de la majeure système d’information proposée par L’ESIEA sont de faire de leurs élèves des ingénieurs recherchés dans la mise en oeuvre de solutions directement applicables dans le monde de l’entreprise.

Penser l’information avant les technologies par les fonctionnalités, les usages métiers, les contraintes sociales en usant d’une stratégie et d’un audit de l’existant.

Se familiariser avec les questions stratégiques dans le domaine des nouvelles technologies, afin d’avoir une vision nette des tendances du marché, de l’impact des SI sur les positionnements .stratégiques des entreprises

Maîtriser la mise en oeuvre, la maintenance et l’administration de réseaux évolutifs selon une parfaite connaissance des concepts de base des réseaux et des méthodologies d’administration.

Maîtriser la problématique de l’échange de données entre applications et des données de référence dans le SI d’une entreprise, avec une approche SOA approfondie et la mise en place d’un référentiel (master data).

Entrevoir la mission d’un cloud architect level 2 en élaborant, déployant et maintenant en conditions opérationnelles des services et des solutions de cloud computing.

Se familiariser avec les techniques de virtualisation (VM), en comprendre les concepts, les enjeux et les bénéfices, mais aussi les risques en termes de système/réseau de stockage et connaître les meilleures pratiques à mettre en oeuvre.

 

Système d’information : les compétences visées par l’ESIEA

Les métiers des systèmes d’information étant particulièrement transversaux, ils demandent un certain nombre de compétences techniques et humaines qui sont au coeur des préoccupations de l’ESIEA à travers ses modules de formation :

  • – Audit et compétences d’analyse de l’existant
  • – Analyse des problématiques d’organisation et proposition de solutions
  • – Opérationnalisation et urbanisation d’un système d’information avec toutes les connaissances nécessaires pour le déploiement, l’interopérabilité, la maintenance et l’administration du système d’information
  • – Expertise en matière de modélisation et de conception de processus
  • – Veille technologique proactive
  • – Bon sens du relationnel et de la pédagogie pour expliquer clairement ses choix et assurer des formations sur les nouveaux processus de travail induits dans l’organisation
  • – Esprit de synthèse permettant une vision globale de l’organisation
  • – Esprit d’anticipation

 

Les métiers des systèmes d’information : une demande constante en 2016

La demande en métiers des systèmes d’information est particulièrement constante dans tous les secteurs d’activité, publics ou privés. Les infrastructures informatiques sont en effet renouvelées tous les trois à cinq ans et les technologies évoluent très vite.
Les architectes des systèmes d’information plus expérimentés se voient proposer des projets de plus en plus importants et de plus en plus complexes, mais aussi de plus en plus stratégiques. Ils intègrent souvent les équipes de direction. Ils peuvent aussi devenir consultants à leur compte.
Si tous les secteurs sont demandeurs, en 2016, on reconnaîtra que les secteurs intégrant les nouvelles technologies GPS sont très demandeurs (agriculture, défense, industrie pétrolière…)
Les experts en systèmes d’information formés à l’ESIEA sont donc certains de trouver un débouché dans tous ces secteurs d’activité, que ce soit en France, en Europe ou dans le monde.

 

Expérience Architecte en système d’information DSI
Débutant 0-1 an 40-42 k€ 42-45 k€
Intermédiaire 2-3 ans 42-50 k€ 45-60 k€
Confirmé 4 ans et + 66-60 k€ 100-110 k€
Salaire en milliers d’euros bruts par an pour la France. Source : APEC, 2013