Thématique 
Recherche 
Date
23 avril 2015

Pierre Schott est enseignant chercheur au sein de l’exploratoire ARNUM de l’ESIEA, un lieu d’interface entre l’art et les sciences. Depuis 2007, l’exploratoire accompagne le développement personnel et l’ouverture d’esprit des Esiearques par le biais de la créativité.

Ingénieurs-magiciens ?

Pierre SchottCes dernières années, Pierre Schott propose à ses étudiants d’intégrer une nouvelle dimension à leurs Projets Scientifiques et Techniques (PST) et leurs Projets de Formation Humaine (PFH) : la magie.
Ainsi des groupes d’étudiants ont pu par exemple concevoir et réaliser une moyenne illusion qui fait appel à des connaissances théoriques et techniques en optique, ou encore, dans le cadre d’un PFH, aborder la notion même de magie à travers les âges et les répercussions de celle-ci dans la société. Un élève, Moulla, déjà magicien en entrant à l’ESIEA, a imaginé et donné vie à une discipline entièrement nouvelle grâce au soutien d’ARNUM et de Pierre Schott : la magie augmentée. Derrière cette appellation se cache une alliance subtile entre la magie et les nouvelles technologies, tant sur les nouvelles interactions possibles que sur les moyens techniques utilisés. Moulla a d’ailleurs obtenu le prix spécial lors de l’édition 2012 de Laval Virtual.

Expliquer les suites arithmétiques avec des tours de cartes

Pierre Schott a été invité à intervenir dans le cadre de la 1e Rencontre « Sciences, Magie et Éducation », suite aux articles qu’il a publiés et qui mêlent ces trois domaines. Ces publications mettent en avant l’utilisation de la magie dans l’enseignement afin de capter l’attention des élèves pour les inciter à s’interroger sur des concepts mathématiques et les mettre en pratique de manière ludique, dès l’école primaire et jusqu’à l’enseignement supérieur.

Cette 1re édition de l’ECME (Encuentro de Ciencia, Magia y Educación) a eu lieu du 24 au 26 avril à Gérone en Espagne. Au programme, des conférences sur les liens et les interactions entre la magie, l’enseignement, la communication et les sciences, que ce soit les sciences dites « dures » ou les sciences humaines.

Lors de son intervention, Pierre Schott a posé la question de la possibilité et de la nécessité d’avoir recours à la magie dans l’enseignement. Certes elle peut être mise en relation avec de nombreux sujets, mais son utilisation systématique est-elle pertinente ?