Thématique 
Actualités 
Date
08 juin 2018

Si l’Intelligence Artificielle fait grands bruits depuis plusieurs semaines, à l’ESIEA c’est tout naturellement qu’elle est intégrée dans les enseignements depuis des décennies. Ainsi beaucoup d’Alumni de l’ESIEA sont des acteurs majeurs de l’IA dans des domaines d’application très divers, grâce à une formation réputée et reconnue.

 

L’enseignement de l’IA à l’ESIEA

Les étudiants actuellement à l’ESIEA sont aussi très actifs, participent à des projets divers en santé, robotique, finances, génie climatique, drones, cyber-sécurité, … Enseigné indirectement depuis la première année, ils ont ensuite le choix entre deux spécialisation en 5e année : Big Data et Data Sciences (for Solution Management ou Solution Engineering).
De plus, le laboratoire LDR (Learning Data Robotic) de l’ESIEA – Learning / Machine Learning constituant la base de l’IA – participe activement aux enseignements et encadrement de projets étudiants.

Des alumni recherchés par les plus grandes entreprises

L’ESIEA compte entre-autres parmi ses Alumni, Nicolas Dessaigne (ESIEA 1999) cofondateur d’Algolia, plus grande levée de fond 2017 d’une start-up française dans l’IA(1) , Pierre Bétouin (ESIEA 2006) PDG et co-fondateur de Sqreen intègre du code intelligent dans votre code afin de le sécuriser dynamiquement, Éric Monchalin (ESIEA 1986) est nommé Vice-Président, Responsable IA chez Atos, Alexandre Denis (ESIEA 2003) Directeur R&D de SESAMm propose des indicateurs de tendance émotionnelle en fonction de l’analyse des réseaux sociaux, Mihir Sarkar (ESIEA 1996 et PhD MIT 2012) conseille en création de produits à base d’IA, Eugénie Vinet (ESIEA 2017) travaille au développement de la voiture autonome ….

Pierre Liger (ESIEA 1990), parrain de la promotion ESIEA 2017 et VP, Business & Marketing leader, IBM France se rappelle : « En 1990, l’enseignement de l’Intelligence Artificielle faisait ses débuts à l’école. Quelques pionniers (dont j’étais) ont osé poursuivre dans cette voie, en étudiant cette science, en pratiquant deux stages d’été sur le sujet et en développant quelques programmes informatiques au temps où les Apps n’existaient pas encore». Quelques années plus tard, en 1996, la dominante Intelligence Artificielle de l’ESIEA voyait le jour et regroupait cinq modules : Réseaux connexionnistes et applications, Apprentissage, Intelligence artificielle distribuée, Traitement du langage naturel et Intelligence artificielle et enfin Vie artificielle.

Diversité et pluridisciplinarité, maîtres mots de l’enseignement de l’IA à l’ESIEA

Un Master of Science (MSc) en partenariat avec la Skema Business School et centré sur l’implémentation de l’IA dans les services de l’entreprise (Finance, RH, Marketing…), sera aussi proposé dès 2019.

Le laboratoire LDR, au sein de l’unité de recherche de l’école « Numérique et Société » labellisée Hcéres, est dirigé par Lionel Prevost, docteur et professeur des universités. Il mène autour de l’IA des projets collaboratifs avec différents laboratoires académiques (Télécom ParisTech, Supélec, Paris-Descartes…) et entreprises (notamment Altays). Ses objectifs sont pluridisciplinaires et variés : analyse de l’état émotionnel d’un individu en vue de la prévention du burn-out, conception de drones pour la création et la restauration d’œuvres d’art, algorithmes d’IA pour l’aide à la décision RH, entre autres sujets.

 

1Source : Les Echos du 09/06/2017