Thématique 
International 
Date
10 octobre 2017

Réaliser et affiner son projet professionnel, c’est aussi penser international. En effet, aujourd’hui, parler anglais est une composante normale quel que soit le parcours envisagé, et la différence se fait de plus en plus sur la deuxième langue (voire la troisième). Consciente de cela, l’ESIEA dédie une journée complète à ses partenariats internationaux, afin de permettre aux élèves d’accéder facilement à toutes les informations dont ils pourraient avoir besoin. Et cette année, c’est le mercredi 18 octobre 2017.

Une expérience internationale de trois mois minimum est obligatoire pour tous les nouveaux entrants de 1ère année. Si une équipe dédiée est à la disposition des étudiants tout au long de l’année, cette journée est l’occasion de faire le point sur les nombreuses possibilités offertes aux quatre coins du globe, de dévoiler des nouveautés dans les programmes, avec des enseignements intégralement en anglais et toujours plus tôt dans le cursus.

Une expérience à l’étranger est toujours particulièrement appréciée des entreprises, et la maîtrise de l’anglais un impératif pour les jeunes ingénieurs. Attentive à leur avenir professionnel, l’ESIEA encourage les études internationales et la mobilité de ses étudiants et ce, dès la 1ère année, au travers de dispositifs individualisés qui s’adaptent aux exigences de chacun. Chaque année, ce sont entre 150 et 250 de ses élèves qui effectuent un séjour à l’étranger. L’école consacre une journée complète à ce sujet : le « Forum International ».

Près de 60 partenaires internationaux

Journée des études internationales

Cette journée permet de faire le point sur les multiples possibilités de séjour à l’international proposés par l’école, qui compte une soixantaine de partenariats avec des établissements répartis sur tous les continents. Durant cet événement, les opportunités de missions et stages (techniques et de fin d’études) à l’étranger seront plus particulièrement mises en avant. Cette année, seront également présents les représentants de Tamkang University (Taïwan) ou Heriott Watt University (Écosse, partenaire de notre section internationale).

De nouveaux dispositifs destinés à faciliter l’apprentissage des langues et l’acquisition de connaissances en matière de relations interculturelles, indispensables à l’ingénieur, seront également présentés.

Des enseignements en anglais, dès la première année

L’ESIEA permet à ses étudiants de 4e et 5e année de suivre un cursus intégralement en anglais, dispensé par les professeurs de l’école, mais aussi par des intervenants d’universités et écoles partenaires. Sécurité informatique, Management de projets, Méthodologie de résolution de problèmes, Programmation mobile, etc. peuvent ainsi être étudiés dans la langue universelle. L’ESIEA propose également une section internationale dès la première année.

Fort du succès de cette section internationale de 1A l’école ouvrira une seconde classe, soient 75 places au total, pour la rentrée 2018 à ceux qui désirent suivre la majorité de leur cursus en anglais.

Les relations interculturelles, autre spécialité pour les ingénieurs

L’ESIEA propose également un module conjoint avec son partenaire phare la Hogeschool van Amsterdam, dédié aux relations interculturelles. Conférences en anglais, échanges via Skype et réalisation de vidéos par les étudiants font partie du programme de ce module destiné à mieux comprendre les enjeux des relations entre les cultures dans le monde professionnel.

Des départs « à la carte » tout au long du cursus

Un élève ingénieur à l’ESIEA se verra proposer plusieurs façons de passer une partie de son cursus à l’étranger (dont trois mois sont obligatoires) : en échange académique, pour un semestre ou un an, en stage, en mission humanitaire…
Il est également possible de préparer deux cursus en un en complétant son diplôme ESIEA par l’un des 91 programmes à l’international. Ces doubles diplômes, en sciences informatiques, en management ou en business, sont une carte maîtresse pour travailler dans les entreprises internationales.

 

Les entreprises, comme les recruteurs apprécient les expériences internationales car elles mettent en jeu des compétences indispensables à l’ingénieur qui sont moins discernables sur un simple C.V. : savoir réagir positivement à des environnements différents, être ouvert d'esprit et convivial, savoir poser les bonnes questions, résoudre rapidement des problèmes et ... savoir sortir des sentiers battus.
Susan Loubet, Directrice de l’international à l’ESIEA

Les summer schools de l’ESIEA

Enfin, des summer schools donnent aux étudiants de l’ESIEA la possibilité d’étudier pendant la période des vacances scolaires dans plusieurs pays étrangers et de s’ouvrir à d’autres cultures. De juin à août, chaque année, l’école envoie plusieurs de ses élèves ingénieurs au Royaume-Uni, au Japon, en Corée, en Chine ou à Taïwan. Ils sont accueillis dans des établissements choisis pour la qualité de leurs programmes courts et y suivent des stages linguistiques intensifs accompagnés d’enseignements (en anglais) dans des domaines aussi divers que la sécurité informatique, les jeux vidéo, la création de contenus digitaux…

 

Partir à l’étranger pendant ses études ne signifie pas seulement faire un voyage. Pour cette raison, l’ESIEA fait évoluer chaque année ses dispositifs, pour qu’ils puissent enrichir le parcours de chacun selon son projet professionnel. Grâce à cette approche, près de 16% de nos jeunes diplômés sont aujourd’hui en poste à l’étranger et certains y ont aussi créé leur entreprise.
Susan Loubet

EN SAVOIR PLUS SUR