Les projets sont au cœur de la pédagogie. Les étudiants travaillent sur les sujets de leur choix ou proposés par les chercheurs, les entreprises… dans des domaines de la sécurité, réalité virtuelle, électronique embarquée, objets connectés, jeux vidéos, applications, art numérique, robotique…

Les projets Scientifiques et Techniques permettent aux étudiants d’associer expertise technologique et travail en équipe, face à un « client » souvent issu d’une entreprise.

En fonction de leurs centres d’intérêts, les futurs ingénieurs s’investissent également dans des projets qui mettent en oeuvre des compétences liées à la Formation Humaine, dans les domaines de la culture, du sport, de l’humanitaire, etc. Les élèves explorent chaque année une nouvelle voie, développant ainsi une expertise différente et des savoir-faire complémentaires.

Le Monde des Grandes écoles et universités explique pourquoi la formation humaine fait une différence au sein de l’ESIEA , retrouvez l’article  ici.

RESPONSABLES ET CITOYENS

Il s’agit de donner à l’étudiant la possibilité de se réaliser dans l’action, dans la conduite d’un projet qu’il a choisi de mener (depuis la phase de lancement jusqu’aux phases de réalisation et de transmission) et auquel il a parfois réfléchi de longue date, d’exercer sa responsabilité en l’encourageant à trouver des réponses personnelles et collectives à des situations parfois nouvelles pour lui, de l’aider à formuler et à résoudre des problématiques nouvelles. Celles-ci sont les problématiques du monde moderne.

ANCRÉS DANS LE REEL ET DANS LE POSSIBLE

L’activité des projets de formation humaine invite le futur ingénieur à s’extraire de « sa propre culture » et à se penser comme l’acteur d’une diversité sociale et culturelle. Il devra s’ouvrir notamment à la mixité homme / femme qui est un défi majeur pour les établissements de formation comme pour les entreprises dans le secteur des nouvelles technologies aujourd’hui.

IDÉALISTES

Les actions entreprises dans le cadre des projets de formation humaine s’inscrivent dans la durée (1 an même s’il est possible d’envisager un plan d’actions sur plusieurs années) et répondent à des objectifs précis que l’étudiant se donne lui-même. Même si l’atteinte de ces objectifs ne nécessite pas la mobilisation d’un savoir-faire technique et scientifique particulier, les projets de formation humaine se doivent d’être ambitieux et innovants. L’ESIEA met en place une pédagogie d’accompagnement mais aussi «une pédagogie de la rupture» pour répondre aux changements de paradigme majeur qui touche aujourd’hui la culture des entreprises qui évoluent dans le domaine des nouvelles technologies : le futur ingénieur ne va plus agir dans une «culture professionnelle» mais dans une «culture entrepreneuriale».

RATIONNELS

Entreprendre, c’est faire preuve d’idéalisme mais c’est aussi agir de manière méthodique et rationnelle. La mise en œuvre des projets de formation humaine, leur réalisation, leur transmission s’appuient sur une méthodologie précise.

HUMANISTES

Le futur ingénieur de l’ESIEA n’est pas un ingénieur comme un autre. Il partage la vocation de son école qui est l’école des ingénieurs et des hommes. Notre exigence est de revendiquer grâce aux projets de nos étudiants qu’un nouvel humanisme est possible au moment même « où l’homme est dans la machine et la machine est dans l’homme ».

FILTRER LES PROJETS