Thématique 
Formation Humaine 
Date
07 décembre 2017

Yoann DUMENY est en 3ème année sur le campus de Laval de l’ESIEA. Après un DUT GEII, il a choisi de rejoindre notre école d’ingénieurs en septembre 2017, tout en gardant ses activités de Sapeur-Pompier volontaire et bénévole à La Croix Rouge… Activités qui lui ont permis de se rendre très utile lors du passage de l’ouragan Irma sur l’ile de Saint Martin…

Un engagement bénévole au service des autres

Engagé aux côtés de la Croix Rouge depuis novembre 2014, et sapeur-pompier volontaire depuis 2016 à Terrasson, puis à Laval, c’est tout naturellement que Yoann a décidé d’aller prêter main forte aux habitants de l’Île de Saint Martin, suite au passage de l’ouragan Irma, qui a tout dévasté le 6 septembre dernier. Sans hésiter, l’École a autorisé Yoann à manquer plusieurs journées de cours pour venir en aide à ceux qui avaient tout perdu…à quelques milliers de kilomètres de là.

Mercredi 6 septembre, 22h, un message d’alerte est retransmis à La Croix Rouge de Brive La Gaillarde, ville d’origine de Yoann, demandant aux bénévoles de déclarer leurs disponibilités. Dès le lendemain, Yoann sollicitait l’accord de la direction de son établissement afin de se joindre aux équipes de bénévoles sur le point de partir pour aider sur place. La réponse positive de l’école ne s’est pas faite attendre d’autant plus que ce type de mission peut tout à fait entrer dans le cadre des activités de Formation Humaine dispensées à l’ESIEA.

Une aventure qui laisse des séquelles

En quelques jours, tout était réglé : Yoann s’est retrouvé à Orly, au sein des équipes de la Croix Rouge, prêt à embarquer pour une première escale à Pointe-à-Pitre, à bord d’un A350 d’essai, et avec plusieurs tonnes de matériel. Les équipes médicales, les équipes spécialisées dans le rétablissement des réseaux vitaux (eau, électricité…), et les équipes chargées de rétablir les liens familiaux, étaient prêtes à décoller… Arrivée prévu à 17h10, nous sommes alors le 13 septembre 2017 !
Après une nuit de transition à Pointe-à-Pitre, une partie des équipes et des spécialistes a été envoyée sur l’Île de Saint Martin. A peine arrivé sur le tarmac, Yoann a pu constater l’ampleur des dégâts…

 

On savait pourquoi on était là
Yoann

 

Contraint de peser ses mots et de garder son sang-froid, Yoann se retrouve face à un paysage qui n’a plus rien à voir avec celui des cartes postales : il n’y avait plus rien, ni végétation, ni eau potable, ni électricité, températures à plus de 30 degrés, pillages, groupes armés, trafics de drogue, toute l’île était touchée… L’humidité ambiante laissait présager épidémies et arrivée de moustiques… Une grosse chaîne de secours s’est donc mise en place rapidement. Devant l’ampleur de la catastrophe, les missions étaient diverses : Yoann était en charge de la distribution alimentaire et de la veille sanitaire dans les centres d’hébergements d’urgence. De manière plus globale, les équipes ont apporté de la nourriture, de l’eau potable, des vêtements, de quoi reconstruire et de manière générale, un peu d’espoir à ces familles qui avaient tout perdu.

 

Nous devions aussi récupérer les dons et les marchandises au port, gérer les flux de personnes à l'aéroport avec le Ministère des Affaires Étrangères, le rétablissement des liens familiaux, les ONG et fondations pour l'eau, l'électricité, les Télécoms…
Yoann

Grâce à ses compétences, Yoann a pu installer un poste de commandement (transmissions radio, satellites, réseaux, imprimantes, projecteurs…), puis participer au travail de l’association Urgence-Télécoms pour relier le collège à la fibre, puis l’ADSL, et enfin configurer les routeurs, les points wifi et proxys. Pendant ce temps, deux autres ouragans se sont formés, obligeants les équipes sur place à prendre des mesures de sécurité supplémentaires et de confinement, et ainsi de préparer au mieux les habitants déjà traumatisés, à une autre catastrophe d’envergure…

Un acte remarquable

Tout ce travail de distribution et de reconstruction a été poursuivi ensuite. Yoann et l’ensemble des équipes n’ont eu que très peu de répit face à la situation et au désespoir des personnes qui la vivaient. Des conditions sanitaires compliquées, des familles perdues, des centres d’hébergements éventrés, toutes ces situations d’urgences devaient être gérées tout en restant dignes et humbles face à la détresse des habitants. C’est grâce à son profil, sa polyvalence et sans nul doute son dévouement, que Yoann a pu relever le défi et mener sa mission à bien : cela mérite d’être remarqué et salué…
Merci Yoann…