Thématique 
My ESIEA 
Date
10 septembre 2014

La rentrée à l’ESIEA est synonyme de créativité. En parallèle aux séminaires de méthodologie, les étudiants ont participé au concours d’initiation robotique dès leur première semaine. Retour sur un projet à succès de l’ESIEA.

Dès leur entrée à l’école, les étudiants de 1ère année découvrent concrètement les disciplines qu’ils vont approfondir à l’ESIEA grâce à une mise en situation ludique, le Concours d’initiation robotique.

Un concours nouveau, recentré sur les fondamentaux de la robotique

Sur les deux campus de Paris et Laval, ce sont les associations robotiques qui conçoivent et animent cette semaine de concours.

Par équipe de 4 ou 5, les étudiants doivent construire un robot autonome, grâce à une boite de Lego Mindstorms®, puis le programmer afin qu’il valide les différentes épreuves du concours, dans un minimum de temps.

Cette année, nous avons souhaité une épreuve plus ludique, avec un peu moins de programmation pure mais une difficulté davantage répartie sur l'ensemble des problématiques de la robotique : mécanique, conception, algorithmique, positionnement des capteurs... Les nouveaux se sont tout de suite beaucoup impliqués : ils étaient très motivés ! C'est vrai que le système de concours, avec trois épreuves indépendantes et pas mal de personnalisation sur les robots, permet de s'investir dès les premiers jours de cours. Certains sont même restés après les cours pour améliorer leurs robots !
Coline Thomas, organisatrice du concours sur le campus de Paris

Les gagnants sur le campus de Laval sont Louis ANEST, Louis BECLAIR, Marc BENARD et Hugues BIBAUT. A Paris / Ivry, c’est l’équipe G-Force qui l’a emporté, terminant le parcours en une centaine de secondes.

Un premier aperçu de la pédagogie ESIEA

Concours RobotiqueLes objectifs pédagogiques de la version du concours réservée aux étudiants en 1re année, selon Eric Konieczny, enseignant en Électronique à Paris, sont d’abord de « découvrir les premières bases de la programmation par blocs : ce sont des fonctions toutes faites à assembler et affiner, et qui ne nécessitent pas de connaissances préalables.

C’est une première occasion d’apprendre par la pratique : les étudiants sont confrontés à des problèmes, nouveaux pour eux, qu’ils doivent résoudre au fur et à mesure pour avancer et comprendre le fonctionnement de leur robot. Chacun des nouveaux étudiants va ainsi se confronter aux automatismes, à des notions liées à l’électronique, aux mouvements, aux moteurs… »

Franck Crison, qui encadre le concours robotique à Laval avec l’association robotique du Campus de Laval, ajoute : « aux objectifs pédagogiques – l’apprentissage des algorithmes, un premier travail de groupe en temps limité – s’ajoute aussi la dimension « humaine » ou sociale, bien démarrer l’année, faire se connaitre les étudiants, amorcer la démarche de micro-projets en équipes qui est si importante à l’ESIEA. Nous demandons ensuite à tous les étudiants de prendre du recul sur ce qu’ils ont appris et de nous remettre un rapport, avec un travail d’analyse individuel critique sur leur fonctionnement en équipe et sur la gestion du projet ».

Ce concours est mis en place également pour les étudiants en 2e année, avec des objectifs légèrement différents. Pour Eric Konieczny, « les étudiants de 2A ont l’occasion de remettre en pratique directement ce qu’ils ont appris l’année précédente, avec de la programmation dans un langage spécifique, beaucoup plus fin et précis, le NXC. Pour les épreuves du concours qui leur est réservé, on leur demande un usage beaucoup plus important et poussé des capteurs, de couleur, ultra-sons, etc. »

Cette année encore, l’engouement des nouveaux a été réelle pour les activités de l’association robotique DTRE : « nous avons plein d’idées et de projets à partager avec les étudiants, notamment l’organisation d’un concours de robotique pour les lycéens dans quelques mois. Vu l’enthousiasme de ceux qui nous rejoignent, l’événement sera certainement une belle réussite. »