Thématique 
École 
Date
09 avril 2014

L’ESIEA soutient l’association Elles bougent et participe, grâce à ses ambassadrices étudiantes, à 2 événements dans le cadre de la Semaine de l’Industrie, auxquels ont assisté le 1er Ministre et les ministres Mme Vallaud-Belkacem et M. Montebourg.

Elles bougentDans le cadre de la 4e édition de la Semaine de l’Industrie, l’association Elles bougent organise, le jeudi 10 avril, deux rencontres avec leurs partenaires Thalès et la RATP, et en lien avec les Académies de Créteil, Paris et Versailles.

Une centaine de jeunes filles de la région Ile-de-France étaient attendues à chacun de ces événements, auquel ont participé, sur le site de Thalès à Gennevilliers, le premier ministre Manuel Valls ainsi que les ministres Arnaud Montebourg (Ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique) et Najat Vallaud-Belkacem (Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports) et la secrétaire d’État chargée du Numérique Axelle Lemaire.

Adhérente à l’association Elles bougent, l’ESIEA a constitué un groupe d’ambassadrices, des étudiantes de toutes les promotions volontaires pour aller à la rencontre des jeunes filles des collèges et lycées, les aider dans leurs choix d’orientation et les sensibiliser aux possibilités de carrière dans l’ingénierie. Ces jeunes femmes contribuent à déconstruire les stéréotypes liés aux études et aux métiers techniques et, plus largement, à susciter des vocations pour les métiers des Sciences et Technologies du Numérique.

Fatiha Gas, directeur de l’ESIEA Paris et initiatrice de ces actions, témoigne : « le secteur du numérique est en croissance en 2014 et il demeure le secteur le plus fort contributeur de création d’emploi cadres en France. Portés par l’innovation, les métiers du numérique offrent de formidables opportunités de carrière. Pour autant, les femmes ne représentent que 27.2% des effectifs des secteurs logiciels et services informatiques (source Syntec Numérique).

Nous devons donc tout mettre en œuvre pour attirer plus de jeunes filles dans nos écoles des Sciences et Technologies du Numérique et les emmener à embrasser des carrières dans notre secteur d’activité. Mais pour cela, nous devons aller à la rencontre des jeunes filles, casser certains stéréotypes, expliquer les formations et les métiers et leur montrer qu’elles ont toute leur place dans ce secteur. Les actions de Elles bougent, à l’instar de celles de Femmes du Numérique, sont en ce sens de formidables leviers ».

Nombreuses à répondre présentes pour ces actions, nos élèves ingénieures ont à cœur de répondre aux questions de leurs cadettes et de casser certains a priori qui découragent les jeunes femmes de poursuivre des études scientifiques.